La PrEP, cet outil préventif au service des communautés

Les résultats de l'étude iPrEx, publiés dans le New England Journal of Medicine du 23 novembre 2011, ont confirmé que l'utilisation d'antirétroviraux chez des...

L’ANRS et Coalition PLUS publient un guide méthodologique en recherche communautaire

L'ANRS et Coalition PLUS publient conjointement le premier guide méthodologique en recherche communautaire.

L'ANRS et Coalition PLUS publient conjointement le premier guide méthodologique en recherche communautaire

Coalition PLUS membre du CCS6 de l’ANRS

Le TRT-5 a validé la candidature d’Emilie Henry, chargée de programme recherche de la Coalition PLUS pour représenter les personnes vivant avec le VIH/sida et/ou vulnérables à l’épidémie et la société civile au comité scientifique « pays en développement » de l’ANRS (agence nationale de recherche sur le VIH/sida et les hépatites en France).

Le TRT-5 a validé la candidature d’Emilie Henry, chargée de programme recherche de la Coalition PLUS pour représenter les personnes vivant avec le VIH/sida et/ou vulnérables à l’épidémie et la société civile au comité scientifique « pays en développement » de l’ANRS (agence nationale de recherche sur le VIH/sida et les hépatites en France).

Programme de réduction des risques auprès des personnes usagères de drogues à l’ALCS TétouanProgramme...

Programme de réduction des risques
auprès des personnes usagères de drogues à l’ALCS Tétouan
Le Nord du Maroc a connu ces dernières années une augmentation rapide de l’usage de drogues, tout particulièrement l’héroïne par voie injectable, avec comme corollaire une épidémie d’infection à VIH et au virus de l’hépatite C. C’est pourquoi, l’ALCS, principale association de lutte contre le sida au Maroc, reconnue d’utilité publique, membre fondateur de la Coalition Plus, impliquée à la fois dans la prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH et dans des projets de prévention de proximité auprès des populations les plus vulnérables à l’infection à VIH (MSM, professionnelles du sexe, migrants) s’est investit dans la réduction des risques et dans le plaidoyer pour la défense des droits des personnes usagères de drogues (PUD).
En 2009, en l’absence de financement institutionnel et devant l’urgence, l’ALCS a démarré, initialement avec l’apport financier de Coalition PLUS, puis avec un financement d’une agence catalane et du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, un programme d’échange de seringues dans la ville de Tétouan. Grâce à une unité mobile, les intervenants de terrain distribuent des kits d’injection et autres matériel de prévention du VIH et VHB/VHC, du papier aluminium et des condoms. De 2009 à 2011, 35 000 seringues ont été distribuées avec un taux de retour de 51%. Des campagnes de dépistage mobile du VIH et des IST, sont régulièrement organisées.
En matière de plaidoyer, une enquête réalisée en 2011, auprès de 300 PUD, a permis de documenter les violations de leurs droits par la police, la justice et le système de santé et de mener une campagne de communication sur ces violations qui a aboutie à la signature, par les principales associations de RdR et de droits humains, d’une déclaration demandant un changement de politique.
Par manque de moyens financiers, ce programme souffre de l’absence de centres d’accueil des PUD et de programme de substitution par la méthadone qui devrait bientôt démarrer.
Programme de réduction des risques auprès des personnes usagères de drogues à l’ALCS Tétouan
Le Nord du Maroc a connu ces dernières années une augmentation rapide de l’usage de drogues, tout particulièrement l’héroïne par voie injectable, avec comme corollaire une épidémie d’infection à VIH et au virus de l’hépatite C.
Programme de réduction des risques
auprès des personnes usagères de drogues à l’ALCS Tétouan
Le Nord du Maroc a connu ces dernières années une augmentation rapide de l’usage de drogues, tout particulièrement l’héroïne par voie injectable, avec comme corollaire une épidémie d’infection à VIH et au virus de l’hépatite C. C’est pourquoi, l’ALCS, principale association de lutte contre le sida au Maroc, reconnue d’utilité publique, membre fondateur de la Coalition Plus, impliquée à la fois dans la prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH et dans des projets de prévention de proximité auprès des populations les plus vulnérables à l’infection à VIH (MSM, professionnelles du sexe, migrants) s’est investit dans la réduction des risques et dans le plaidoyer pour la défense des droits des personnes usagères de drogues (PUD).
En 2009, en l’absence de financement institutionnel et devant l’urgence, l’ALCS a démarré, initialement avec l’apport financier de Coalition PLUS, puis avec un financement d’une agence catalane et du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, un programme d’échange de seringues dans la ville de Tétouan. Grâce à une unité mobile, les intervenants de terrain distribuent des kits d’injection et autres matériel de prévention du VIH et VHB/VHC, du papier aluminium et des condoms. De 2009 à 2011, 35 000 seringues ont été distribuées avec un taux de retour de 51%. Des campagnes de dépistage mobile du VIH et des IST, sont régulièrement organisées.
En matière de plaidoyer, une enquête réalisée en 2011, auprès de 300 PUD, a permis de documenter les violations de leurs droits par la police, la justice et le système de santé et de mener une campagne de communication sur ces violations qui a aboutie à la signature, par les principales associations de RdR et de droits humains, d’une déclaration demandant un changement de politique.
Par manque de moyens financiers, ce programme souffre de l’absence de centres d’accueil des PUD et de programme de substitution par la méthadone qui devrait bientôt démarrer.
Programme de réduction des risques auprès des personnes usagères de drogues à l’ALCS Tétouan
Le Nord du Maroc a connu ces dernières années une augmentation rapide de l’usage de drogues, tout particulièrement l’héroïne par voie injectable, avec comme corollaire une épidémie d’infection à VIH et au virus de l’hépatite C.

Réseaux sociaux

6,360FansJ'aime
2,441SuiveursSuivre
125AbonnésS'abonner

Derniers articles

Crédit Régis Samba Kounzi, Mali, 2018

LGBTI-phobies : brisons le silence face aux violences et à la répression en temps...

Ce 17 mai 2020, le thème de la journée internationale de lutte contre les LGBTI-phobies (IDAHOBIT) nous exhorte à “briser le silence”....
Travailleuses du sexe trans, militantes et usagères des services de PILS à Maurice. Crédit : Coalition PLUS / Morgan Fache/Collectif Item, 2018

COVID-19 : Coalition PLUS s’associe aux revendications des travailleurs-ses du sexe

En Europe et en Asie centrale, comme dans d'autres régions du monde, la pandémie de COVID-19 met en lumière le manque de...
Intervention « test, prévention et distribution de seringues », de la caravane CUT, membre de la Plateforme Océan Indien de Coalition PLUS, Maurice

Drogues : garantir les droits fondamentaux des personnes en temps de crise sanitaire

En ces temps de crise sanitaire, Coalition PLUS s'associe au Réseau international des personnes usagères de drogues (INPUD), au Consortium international sur...
Distribution de matériel de protection et de produits d'hygiène par ARCAD Santé PLUS à Bamako (Mali), 8 avril 2020

Coronavirus : Coalition PLUS met en place un fonds d’urgence

La pandémie de COVID-19, mais aussi les mesures de santé publiques mises en oeuvre par les Etats pour y répondre, affectent...