Contre le sida, le compte n’y est pas !

Contre le sida, le compte n'y est pas !

Les militants de Coalition PLUS se sont joints aux militants de AIDES, Sidaction, Act Up-Paris et Solidarité Sida pour manifester ce matin, lundi 20 septembre devant l’Assemblée Nationale. Deux cents militants anti-sida déterminés à rappeler aux pays riches leurs engagements en matière de santé puisqu’il y a cinq ans, lors du sommet de Gleaneagles, la France et les autres pays du G8 se sont engagés pour que toutes les personnes porteuses du VIH/sida aient accès à un traitement en 2010.

La lutte contre le sida a besoin de vous !

A l'attention de la communauté internationale et des leaders mondiaux Le Fonds mondial de lute contre le sida, la tuberculose et le paludisme fut créé en 2001 dans le but d'apporter des réponses rapides aux problèmes de santé publique et de droits de l'homme liés au VIH/sida, à la tuberculose, et au paludisme dans les pays en développement. À peine 10 ans après sa création, le Fonds mondial a sauvé plus de 4,9 millions de vies et permet chaque jour d'éviter 3600 décès. Les programmes mis en place ont permis de fournir un traitement pour le VIH/sida à 2,5 millions de personnes, des médicaments pour la tuberculose à 6 millions de personnes, et 104 millions de moustiquaires contre le paludisme. Ainsi, le Fonds mondial a contribué de façon significative à la réalisation des objectifs 4, 5 et 6 du millénaire pour le développement (OMD) (http://www.un.org/fr/millenniumgoals/), notamment en soutenant des initiatives de traitement des femmes vivant avec le VIH/sida, de prévention de la transmission mère-enfant, et de réduction du nombre de décès liés au paludisme chez les enfants de moins de 5 ans. La période actuelle est cruciale pour le Fonds mondial et pour la communauté internationale car si on lui fournit les ressources nécessaires, le Fonds peut éliminer le paludisme dans les zones endémiques, éviter des millions de nouvelles infections au VIH/sida, faire presque disparaitre la transmission  mère-enfant, et diminuer de façon significative la prévalence et le nombre de décès liés à la tuberculose d'ici 2015. La troisième rencontre pour la reconstitution des ressources du Fonds mondial aura lieu à New York les 4 et 5 octobre 2010. Les gouvernements et bailleurs de fonds se retrouveront à cette occasion  non seulement pour annoncer leur engagement financier envers le Fonds mondial, mais aussi pour exprimer leur soutient aux millions de personnes infectées et affectées par le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme à travers le monde. La reconstitution devra mobiliser au minimum 20 milliards de dollars pour maintenir et améliorer les résultats obtenus au cours des dernières années. Dans un contexte de restrictions financières, cette somme peut être perçue comme colossale. Cependant, en comparaison aux 700 milliards de dollars déboursés en un temps records pour venir en aides aux banques de Wall Street pendant la crise financière, c'est un investissement raisonnable dont les retombées seront importantes en termes d'amélioration de la santé. Certains bailleurs de fonds internationaux ont anticipé l'issue de la réunion de reconstitution du Fonds, et ont déjà proposé un plafonnement du montant du financement disponible pour chaque session. Les conséquences seraient terribles car cette décision va à l'encontre des principes même sur lesquels a été créé le Fonds mondial. Certains pays et certaines communautés seraient privées des ressources nécessaires pour répondre de manière efficace au VIH/sida, à la tuberculose et au paludisme. Signer cette pétition, c'est manifester son soutien au Fonds mondial et exiger un engagement de la part des gouvernements pour la santé des communautés à travers le monde, en augmentant leur contribution financière au Fonds mondial et en mobilisant les 20 milliards de dollars à la troisième rencontre pour la reconstitution des ressources
A l'attention de la communauté internationale et des leaders mondiaux 


Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a été créé en 2001 dans le but d'apporter des réponses rapides aux problèmes de santé publique et de droits de l'homme liés au VIH/sida, à la tuberculose, et au paludisme dans les pays en développement. A l'attention de la communauté internationale et des leaders mondiaux Le Fonds mondial de lute contre le sida, la tuberculose et le paludisme fut créé en 2001 dans le but d'apporter des réponses rapides aux problèmes de santé publique et de droits de l'homme liés au VIH/sida, à la tuberculose, et au paludisme dans les pays en développement. À peine 10 ans après sa création, le Fonds mondial a sauvé plus de 4,9 millions de vies et permet chaque jour d'éviter 3600 décès. Les programmes mis en place ont permis de fournir un traitement pour le VIH/sida à 2,5 millions de personnes, des médicaments pour la tuberculose à 6 millions de personnes, et 104 millions de moustiquaires contre le paludisme. Ainsi, le Fonds mondial a contribué de façon significative à la réalisation des objectifs 4, 5 et 6 du millénaire pour le développement (OMD) (http://www.un.org/fr/millenniumgoals/), notamment en soutenant des initiatives de traitement des femmes vivant avec le VIH/sida, de prévention de la transmission mère-enfant, et de réduction du nombre de décès liés au paludisme chez les enfants de moins de 5 ans. La période actuelle est cruciale pour le Fonds mondial et pour la communauté internationale car si on lui fournit les ressources nécessaires, le Fonds peut éliminer le paludisme dans les zones endémiques, éviter des millions de nouvelles infections au VIH/sida, faire presque disparaitre la transmission  mère-enfant, et diminuer de façon significative la prévalence et le nombre de décès liés à la tuberculose d'ici 2015. La troisième rencontre pour la reconstitution des ressources du Fonds mondial aura lieu à New York les 4 et 5 octobre 2010. Les gouvernements et bailleurs de fonds se retrouveront à cette occasion  non seulement pour annoncer leur engagement financier envers le Fonds mondial, mais aussi pour exprimer leur soutient aux millions de personnes infectées et affectées par le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme à travers le monde. La reconstitution devra mobiliser au minimum 20 milliards de dollars pour maintenir et améliorer les résultats obtenus au cours des dernières années. Dans un contexte de restrictions financières, cette somme peut être perçue comme colossale. Cependant, en comparaison aux 700 milliards de dollars déboursés en un temps records pour venir en aides aux banques de Wall Street pendant la crise financière, c'est un investissement raisonnable dont les retombées seront importantes en termes d'amélioration de la santé. Certains bailleurs de fonds internationaux ont anticipé l'issue de la réunion de reconstitution du Fonds, et ont déjà proposé un plafonnement du montant du financement disponible pour chaque session. Les conséquences seraient terribles car cette décision va à l'encontre des principes même sur lesquels a été créé le Fonds mondial. Certains pays et certaines communautés seraient privées des ressources nécessaires pour répondre de manière efficace au VIH/sida, à la tuberculose et au paludisme. Signer cette pétition, c'est manifester son soutien au Fonds mondial et exiger un engagement de la part des gouvernements pour la santé des communautés à travers le monde, en augmentant leur contribution financière au Fonds mondial et en mobilisant les 20 milliards de dollars à la troisième rencontre pour la reconstitution des ressources
A l'attention de la communauté internationale et des leaders mondiaux 


Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a été créé en 2001 dans le but d'apporter des réponses rapides aux problèmes de santé publique et de droits de l'homme liés au VIH/sida, à la tuberculose, et au paludisme dans les pays en développement. 

Courrier aux administrateurs du fonds mondial

Le conseil d'administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme se tient dans les jours qui viennent. Les représentants des Etats riches essaieront de faire voter de plafonnement des  sommes alloués aux pays les plus pauvres pour combattre ces trois pandémies.

Le Fonds mondial doit rester mondial

Le Fonds Mondial doit rester mondial
Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme envisage de réviser son modèle actuel de priorisation (hiérarchisation), qui détermine l'ordre dans lequel les propositions sont approuvées dans le cas d'un financement limité.

Massive Good


L'ONU a lancé jeudi 4 mars 2010 un projet mondial de collecte de fonds via internet, sur une base volontaire. L'argent ainsi récolté servirait à lutter contre le sida, le paludisme et la tuberculose dans les pays en développement.


L'ONU a lancé jeudi 4 mars 2010 un projet mondial de collecte de fonds via internet, sur une base volontaire. L'argent ainsi récolté servirait à lutter contre le sida, le paludisme et la tuberculose dans les pays en développement.

Appel de l’ALCS à la France

Fonds sida : l’Association Marocaine de Lutte contre le Sida appelle la France et les pays donateurs à n’exclure aucun pays

Fonds sida : l’Association Marocaine de Lutte contre le Sida appelle la France et les pays donateurs à n’exclure aucun pays

Réseaux sociaux

4,621J'aimeLike
2,220FollowersFollow
81InscritsSubscribe

Derniers articles

Offre d’emploi : Responsable du Plaidoyer International

Descriptif du poste : Chef du pôle « plaidoyer international » au sein de la Direction du Plaidoyer de Coalition PLUS. Coalition PLUS est une union...

M. Macron, aidez le Fonds Mondial à sauver encore plus de vies

À l’heure où le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme rend le bilan chiffré de son action 2017...

Générique de fin pour le monopole de Gilead sur le Truvada

AIDES et Coalition PLUS saluent la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne Le juge européen a tranché : la prolongation du brevet...

LA SCIENCE À L’APPUI DE LA JUSTICE : METTRE FIN À LA CRIMINALISATION DU VIH...

Militants, personnes vivant avec le VIH, et organismes de défense des droits humains saluent la publication d’une Déclaration de consensus d’experts en VIH pour...