AFRAVIH 2018 – Des plateformes pour accélérer la riposte au VIH/SIDA

117

En 2014, avec l’appui de l’Agence Française de Développement (AFD), AIDES, membre français de Coalition PLUS, a créé 4 Plateformes au Maghreb (MENA), en Afrique de l’Ouest (PFAO), en Afrique Centrale et de l’Est (PACE) et dans l’Océan Indien (PFOI). Coordonnées respectivement par l’ALCS, ARCAD-SIDA, l’ANSS et PILS, membres de Coalition PLUS référents dans ces régions, ces Plateformes visent à fournir un appui technique aux associations communautaires de lutte contre le VIH/sida, tant en termes opérationnels (dépistage, prise en charge, services aux populations- clés…) qu’en termes de structuration associative (gestion financière, mobilisation des ressources, suivi-évaluation). Aujourd’hui portées par Coalition PLUS, elles appuient plus de 50 associations de lutte contre le sida réparties dans 23 pays africains et sont amenées à évoluer dans le champ de la recherche et du plaidoyer. La Conférence 2018 de l’AFRAVIH a permis de présenter leurs actions et résultats lors d’un symposium dédié.

Ainsi, grâce au renforcement de capacités fourni par la Plateforme MENA, pilotée par l’ALCS (Maroc), l’association SOS Pairs-Educateurs a pu mettre en place une offre de dépistage communautaire et devenir un acteur incontournable de la lutte contre le sida dans son pays d’intervention, la Mauritanie.

Par ailleurs, à travers la PFAO, ARCAD-SIDA (Mali) transfère les savoir-faire développés à la Clinique de santé sexuelle des Halles aux autres associations membres de la Plateforme. Grâce aux différents stages réalisés, les 15 associations bénéficiaires ont pu améliorer la qualité de l’offre en santé sexuelle (OSS) en direction des populations-clés dans 11 pays de la sous-région, notamment à travers le développement d’une OSS en cliniques mobiles, la décentralisation de l’OSS hors des capitales ou encore une amélioration de la qualité des examens réalisés par les soignants-es. Plus généralement, les 4 Plateformes africaines de Coalition PLUS ont permis de former plus de 160 pairs-éducateurs au Test rapide d’orientation diagnostique (TROD) : une approche ciblée qui permet de mieux atteindre les personnes les plus exposées au VIH, et ainsi de détecter davantage de cas positifs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.