AIDES demande à F. Hollande et aux leaders du G20 de condamner la politique de Poutine

538

« G20 Russie : Poutine, recordman de l’homophobie et de la flambée de VIH » | Communiqué de presse – AIDES – 5 septembre 2013 |

A l’heure du G20 à Saint-Petersbourg, Vladimir Poutine se distingue par sa politique répressive à l’égard des défenseurs des gays et des usagers de drogue. Son but ? Affaiblir les ONG, perçues comme des « ennemis politiques » et par la même occasion les minorités. Avec le risque d’aggraver la situation explosive de l’hépatite C/VIH dans le pays. AIDES fait part de sa consternation et demande à François Hollande de condamner vivement cette répression lors du G20. Une manifestation est prévue le vendredi 13 septembre 2013 à Paris.

Depuis quelques mois, les lois liberticides se multiplient en Russie. En premier lieu, la loi sur la propagande homosexuelle interdit les manifestations en faveur des droits des homosexuels sur le territoire russe, y compris les campagnes de sensibilisation sur l’homophobie. Ensuite, La loi sur la trahison rend désormais très difficile le travail de plaidoyer mené à l’international par les organisations russes dans la mesure où elle interdit de divulguer toute information considérée comme « contraire aux intérêts russes » à des pays étrangers ou à des organisations internationales. Enfin, la loi sur les agents étrangers oblige les organisations de la société civile engagée dans le domaine politique à s’enregistrer si elles reçoivent des financements étrangers et les contraint à un examen administratif extrêmement sévère qui met en péril leur existence même. Dans un pays déjà tristement célèbre pour son incapacité à lutter efficacement contre cette épidémie, ces lois liberticides mettent en péril les actions menées par les associations de défense des droits de l’Homme et de lutte contre le Sida. En l’espace de dix ans, le nombre de personnes séropositives en Russie est passé de 100 000 à plus d’un million et seuls 25% d’entre eux ont accès à des traitements, un taux encore plus faible que ceux rencontrés en Afrique sub-saharienne (env. 40%).

La nouvelle « politique contre les drogues au sein de la Fédération de Russie » renforce quant à elle l’opposition du gouvernement russe aux traitements de substitution (Méthadone) et aux programmes d’échanges de seringues alors que ces stratégies ont largement fait leurs preuves et sont recommandées par l’OMS. Les résultats de cette politique sont catastrophiques : les usagers de drogues représentent 78% des infections russes au VIH/sida et 20% de la population carcérale. Pourchassés par les pouvoirs publics, condamnés à l’anonymat et à la précarité sociale, les homosexuels et les usagers de drogues sont ainsi davantage exposés au VIH/VHC. Et ce n’est pas près de changer. Avec les récentes lois liberticides contre les associations, les épidémies de VIH/VHC ont de beaux jours devant elles. En désignant les minorités à la vindicte populaire, Vladimir Poutine est engagé dans une croisade populiste que personne, en Russie, ne semble capable d’arrêter. AIDES demande à François Hollande et aux leaders du G20 de condamner fermement la politique du Président russe en lui rappelant ses engagements en matière de droits de l’homme et de lutte contre le sida. AIDES appelle à soutenir la campagne Keep Hope Alive initiée par 7 associations russes et internationales et à manifester vendredi 13 septembre 2013 à 18h00 avec ACCEPTESS-T sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here