Coalition PLUS est très fière d’accueillir un nouveau membre: l’ONG PILS (République de Maurice) !

710

 

Le Conseil d’administration de Coalition PLUS s’est tenu vendredi 19 avril 2013. Les administrateurs ont voté à l’unanimité l’adhésion de l’association mauricienne PILS (www.pils.mu) en tant de membre de plein droit. Notre union compte désormais 12 adhérents: 9 membres* et 3 partenaires**.

L’ASSOCIATION PILS EN QUELQUES MOTS

Créée en 1996, PILS (Prévention Information Lutte contre le Sida) est une association non-gouvernementale est communautaire historique de lutte contre le VIH/sida, dont le siège est situé à Port Louis (Ile Maurice). Particulièrement active dans la défense des droits des communautés les plus vulnérables à l’épidémie, elle supervise la prise en charge médicale de très nombreuses personnes vivant avec le VIH et constitue une référence incontournable dans les domaines de la prévention, du dépistage et de la recherche communautaire à Maurice.

PILS a été sous-récipiendaire du Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme (FM) en 2010 et 2011. Faisant suite à la décision de l’instance de Coordination Nationale (Country Coordinating Mechanism/CCM) de changer de Récipiendaire Principal du FM, le comité exécutif de PILS a décidé que l’association postulerait pour reprendre ce rôle pour la période 2012-2014. L’application a été validée par le CCM en août 2011 et le processus a été enclenché pour que PILS devienne Récipiendaire Principal du FM en 2012.

Le travail de PILS a grandement contribué à l’amélioration des connaissances de la population de l’île Maurice en matière de VIH/sida et à réduire les discriminations dont sont victimes les personnes vivant avec le virus. PILS est reconnue nationalement et internationalement pour son expertise dans le domaine du VIH/sida, ainsi que pour la qualité et la fiabilité de son travail. L’association s’inscrit depuis sa création dans la démarche communautaire. Ainsi, des personnes séropositives ou issues de communautés particulièrement vulnérables à l’épidémie sont salariées de l’association à des postes à responsabilité et peuvent par conséquent décider des programmes prioritaires à implémenter et des orientations stratégiques à adopter.

PILS a été et demeure un acteur majeur de transformation sociale à Maurice. L’association est restée mobilisée durant ces quinze dernières années pour un accès garanti aux traitements antirétroviraux. Elle conduit également un programme de soutien et de défense des droits des personnes séropositives et séroconcernées. Par ailleurs, elle se bat avec les entreprises locales pour que leur responsabilité sociale intègre la lutte contre le VIH/sida. Ainsi, deux anciennes directrices de PILS sont en charge de la responsabilité des entreprises dans des groupes importants du secteur privé de Maurice et portent la lutte dans ces cénacles. Enfin, l’association a participé activement aux actions de plaidoyer à Maurice pour une prise en charge effective et indifférenciée des malades; ceci dans un contexte politique quelquefois difficile, interpellant publiquement les plus hautes autorités, parfois de manière véhémente et au risque d’être financièrement sanctionnée.

LE VIH/SIDA A MAURICE

L’épidémie de VIH/sida à Maurice est encore considérée comme « concentrée »; c’est à dire qu’elle se confine principalement au sein de populations clés telles que les consommateurs de drogues injectables, la population carcérale, les travailleurs mobiles (marins), les Hommes ayant des relations Sexuelles avec d’autres Hommes (HSH)
et les professionnel(le)s du sexe. Cependant, la féminisation de l’épidémie se confirme depuis plusieurs années et tend à se généraliser. En effet, l’augmentation de la proportion de femmes touchées par le VIH se poursuit : de 12% en 2005, elle est passée à 25,7% en 2011; ce qui est un indicateur inquiétant. Les consommateurs de drogues injectables restent toutefois les plus touchés par le virus. Ainsi, une étude publique en 2011 a estimé que la prévalence du VIH est de 51,6% au sein de cette population, concentrée géographique autour de Port-Louis et évaluée à quelque 10 000 individus. A titre de comparaison, la prévalence au sein de la population « générale » mauricienne est de 0,97%.

La population de la république de Maurice (Maurice, Rodrigues, Agalega, Tromelin) est composée de 1,3 million d’habitants et a la plus importante file active de personnes vivant avec le VIH dans la région Océan Indien (devant Madagascar qui a pourtant plus de 20 millions d’habitants). Le nombre de cas connus de personnes séropositives de 1987 à décembre 2011 est de 5 188, dont 1 028 de sexe féminin (19,8%). Depuis 1987, sur l’ensemble des Mauriciens vivant avec le VIH, 74,2% sont ou ont été des personnes s’injectant des drogues. 533 Mauriciens enregistrés comme personnes vivant avec le VIH sont décédés depuis 1987.

* Membres :

AIDES (France)
ARAS (Roumanie)
ALCS (Maroc)
ARCAD SIDA (Mali)
ANSS (Burundi)
COCQ-SIDA (Québec)
GROUPE SIDA GENEVE (Suisse)
KIMIRINA (Equateur)
PILS (République de Maurice)

** Partenaires :

AMO CONGO (RDC)
IDH (Bolivie)
REVS+ (Burkina Faso)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here