Coalition PLUS lance sa nouvelle campagne pour la PrEP partout

965

Télécharger le dossier…

PrEParons un monde sans sida !
Coalition PLUS lance sa campagne pour la PrEP partout

A l’occasion de la Conférence internationale francophone sur le VIH et les hépatites qui se tiendra à Bruxelles du 20 au 23 avril, Coalition PLUS, union internationale d’associations communautaires de lutte contre le sida dans 15 pays, lance sa campagne pour un accès à la PrEP partout.

La PrEP : c’est quoi ?

La prophylaxie pré-exposition (PrEP) est un traitement préventif1 qui empêche le virus du sida de se développer dans l’organisme et protège ainsi de l’infection à VIH. Elle est destinée aux personnes séronégatives mais exposées à un risque élevé d’infection, telles que les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, les travailleurSEs du sexe, les personnes transgenres ou encore les usagerEs de drogues par voie intraveineuse. Ce traitement préventif, lorsqu’il est correctement utilisé, présente un taux de protection contre le VIH similaire à celui du préservatif.

La PrEP n’a pas pour but de se substituer aux autres moyens de prévention, mais vient se combiner à ceux déjà existants. La PrEP se destine aux personnes fortement exposées au VIH et qui, pour diverses raisons, n’utilisent pas, ou pas systématiquement, le préservatif.
Bintou Dembele, médecin et directrice de l’association de lutte contre le sida ARCAD-SIDA au Mali,et administratrice de Coalition PLUS ajoute : « Prévenir aujourd’hui, c’est avoir moins de malades à traiter demain. L’Organisation mondiale de la santé recommande d’offrir la PrEP aux personnes à fort risque d’infection. Combiné au préservatif, cet outil peut permettre d’empêcher des millions de contaminations, si tant est qu’il soit disponible partout. Les populations les plus vulnérables dans nos pays ne doivent pas être laissées pour compte ! ».

La PrEP a fait ses preuves

Depuis 2012, plus de 25 essais cliniques ont été lancés dans divers pays du Nord et du Sud, tels que IPREX2 en Afrique du Sud et sur le continent américain ou PrEP Partners en Ouganda et au Kenya.

Leurs résultats ont prouvé l’efficacité préventive de la PrEP. En France, l’essai Ipergay a révélé que le risque de contamination baissait de 86% chez les personnes sous PrEP.

Aurélien Beaucamp, président de AIDES, membre français de Coalition PLUS, rappelle : « Les
résultats de l’essai Ipergay mené conjointement par l’ANRS et AIDES et nos efforts auprès des autorités de santé [ministère et agence du médicament] ont permis de rendre accessible ce nouvel outil de prévention qui protège considérablement du risque de contamination à VIH».

La PrEP : on la veut partout !

En tant qu’union d’organisations communautaires de lutte contre le sida basées au Nord et au Sud, Coalition PLUS considère que la PrEP est un outil de prévention indispensable pour parvenir à la fin de l’épidémie d’ici à 2030 comme s’y est engagée la communauté internationale. Pourtant, elle n’est aujourd’hui disponible qu’en France, aux Etats-Unis, au Canada et au Kenya.

La PrEP, au même titre que les traitements et les autres moyens de prévention, doit être disponible partout. Non seulement dans les pays riches, mais aussi dans les pays en développement et en particulier en Afrique subsaharienne où se concentrent 66% des nouvelles infections.

Dans un article publié dans la revue scientifique du Lancet, chercheurs et médecins de Coalition PLUS l’affirment : l’Afrique subsaharienne est prête à l’introduction de la PrEP dans le cadre de centres de santé sexuelle communautaires proposant une offre de prévention globale, illimitée et gratuite aux populations les plus vulnérables au VIH.

La PrEP : un investissement pour en finir avec le sida

En réduisant les nouvelles infections, l’introduction de la PrEP dans la gamme des outils de
prévention disponibles au Nord comme au Sud permettrait de faire des économies substantielles sur le long terme. Coalition PLUS appelle tous les Etats à autoriser la PrEP et à mobiliser les investissements financiers nécessaires pour un monde sans sida d’ici 2030.
« Nous exigeons que la PrEP soit disponible au Nord comme au Sud, pour toutes les personnes qui sans cet outil risquent d’être contaminées par le virus », interpelle Hakima Himmich, présidente de Coalition PLUS. « A l’automne prochain, les Etats développés devront annoncer leur contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme : une occasion unique pour augmenter les investissements financiers internationaux et permettre, en plus de l’accessibilité aux traitements, la mise en place de dispositifs de prévention dont la PrEP fait partie ».

Télécharger le dossier…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.