Pour en finir avec la tuberculose : La taxe européenne sur les transactions financières (TTF)

1570

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose et à la veille de la célébration des 60 ans du Traité de Rome, Coalition PLUS et AIDES se mobilisent pour la mise en place au plus vite d’une TTF européenne, qui permettrait d’accélérer la riposte contre les grandes pandémies comme la tuberculose et le sida.

Selon la Commission européenne, cette taxe pourrait générer jusqu’à 22 milliards d’euros par an. Un montant plus de deux fois supérieur au coût estimé pour ouvrir la voie vers l’élimination de la tuberculose et du sida : environ 8,5 milliards d’euros par an[1]. En mettant en place la TTF européenne, les 10 Etats de la coopération renforcée auraient largement les moyens d’éradiquer ces grandes pandémies, qui tuent 2,5 millions de personnes dans le monde chaque année : un objectif ambitieux, mais réalisable dès 2030 selon l’ONU[2], à condition d’y consacrer les moyens adéquats.

En effet, sans augmentation rapide des financements contre les pandémies, la tuberculose ne sera pas éradiquée avant 150 ans[3] et le sida repartira une nouvelle fois à la hausse. L’association des deux infections est particulièrement meurtrière pour les personnes vivant avec le VIH : en 2015, plus d’un tiers des décès de personnes séropositives sont dus à la tuberculose[4]. L’explosion de formes de tuberculose résistantes aux traitements pose un défi majeur pour l’avenir. On estime à 580 000 le nombre de personnes touchées chaque année dans le monde[5]. Dans certains pays, comme le Ghana, la tuberculose multi-résistante concerne 30% des nouveaux cas[6] : une véritable bombe à retardement pour le continent africain, où un adulte sur 20 vit avec le VIH.

« Les personnes vivant avec le VIH sont éminemment vulnérables face à la tuberculose », rappelle Hakima Himmich, Présidente de Coalition PLUS. « Mais face à ces pandémies qui touchent surtout les pays pauvres, les financements restent insuffisants. La mise en place d’une taxe sur les transactions financières au niveau européen dès cette année permettrait de répondre à cette urgence ».

« Par manque de volonté politique, on laisse perdurer le sida et la tuberculose, alors qu’on est en mesure d’éradiquer les nouvelles infections en quinze ans », souligne Aurélien Beaucamp, Président d’Aides et administrateur de Coalition PLUS. « Pourtant, avec la TTF européenne, l’Europe peut changer la donne : qu’attend François Hollande pour faire preuve de leadership et trouver un accord avec ses voisins ? »

Coalition PLUS, coalition internationale d’ONG de lutte contre le sida, et son membre français AIDES réclament depuis plusieurs années une TTF européenne ambitieuse et solidaire, afin de financer la lutte contre le sida et les urgences mondiales. Les deux organisations demandent aujourd’hui à François Hollande et à ses partenaires européens de trouver un accord avant l’été sur cette taxe, qui constitue une solution innovante pour contribuer à mettre fin à la tuberculose et au sida d’ici 2030.

[1]Factsheet – Global Tuberculosis Report 2016, OMS ; HIV Investments Snapshot, ONUSIDA 2016.

[2] Objectif 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge, ONU, 2015

[3] Résumé exécutif du plan global d’élimination de la tuberculose, Stop TB, 2015

[4] Aide-mémoire sur la tuberculose, OMS, 2016

[5] Rapport sur la lutte contre la tuberculose dans le monde – Résumé d’orientation, OMS, 2016

[6] F. Gehre, J. Otu et L. Kendall, “The emerging threat of pre-extensively drug-resistant tuberculosis in West Africa: preparing for large-scale tuberculosis research and drug resistance surveillance”, BMC Medicine, 2016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here