FONDS MONDIAL J-8. AIDES ET COALITION PLUS APPELLENT EMMANUEL MACRON À NE PAS RATER LE TRAIN DE LA FIN DU SIDA

213
Les militants-es de AIDES et Coalition PLUS interpellent le président Macron. Munis-es d’un ballon géant et d’un dispositif incitant les passants-es à se prendre en photo avec les panneaux indiquant les objectifs de la Conférence de reconstitution, ils ont appelé Emmanuel Macron à ne pas « rater le train de la fin du sida ». Crédit : Coalition PLUS, octobre 2019

Mercredi 2 octobre, des militants-es de AIDES et Coalition PLUS ont investi la gare de Lyon afin de rappeler à Emmanuel Macron l’enjeu de la Conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme qui se tiendra les 9 et 10 octobre à Lyon.  À une semaine de l’événement, il est indispensable que le président français annonce une augmentation significative de sa contribution financière (au minimum + 25 %) pour atteindre les objectifs fixés par le Fonds mondial : au moins 14 milliards de dollars.  16 millions de vies sont en jeu. 

Après avoir lancé une campagne de communication interpellant directement Emmanuel Macron, AIDES  rappelle grâce à son action publique réalisée avec Coalition PLUS qu’une augmentation de la contribution française d’au moins 25 % est nécessaire afin d’atteindre le montant minimum de 14 milliards de dollars,  indispensable pour éviter une reprise des épidémies.

Après des mois d’interpellation et en investissant la gare de Lyon, point de départ symbolique du trajet vers la fin du sida – la conférence de reconstitution ayant lieu à Lyon – nous demandons une nouvelle fois à Emmanuel Macron d’être à la hauteur de ses engagements. Alors qu’il déclarait lors de son discours à l’ONU le 24 septembre dernier « mettre toute son énergie pour que le Fonds Mondial soit à la hauteur de ses ambitions » car « plus personne ne peut comprendre que pour des raisons financières, que, pour des raisons d’inégalités, il soit aujourd’hui impossible d’accéder à des traitements pour prévenir ou guérir de telles maladies, d’empêcher que ces maladies regagnent du terrain », AIDES tient à lui rappeler que des millions de vies sont en jeu et qu’à moins d’un an de l’échéance fixée par l’ONU*, la bataille est encore loin d’être gagnée. L’appel est donc lancé pour que la France et son président ne ratent pas le train de la fin du sida, le 10 octobre à Lyon.     

Campagne de communication de AIDES en amont de la conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

*A l’horizon 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable et 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

RAPPEL DE NOS REVENDICATIONS

  • Une augmentation de la contribution financière de la France au Fonds mondial de 25 % minimum soit 1,35 milliard d’euros pour les trois prochaines années (soit 450 millions par an).
  • Une augmentation globale de la contribution des États pour atteindre un budget supérieur à 14 milliards de dollars pour la période 2020-2022 (4,7 milliards par an minimum) ;
  • Une affirmation croissante du leadership français : un réel engagement politique, notamment en faveur des pays desquels le Fonds Mondial se désengage progressivement, et un déploiement des fonds dédiés aux populations clés ;
  • Une mobilisation plus importante des acteurs institutionnels, mais aussi des acteurs privés, pour lever les freins à l’accélération de la lutte et favoriser l’accès à l’innovation thérapeutique, particulièrement en Afrique francophone ;
  • Une prise en compte effective des besoins des populations clés et des acteurs communautaires dans les instances décisionnelles et le suivi des subventions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.