ICASA 2017 – « Rien pour nous sans nous : la crise du VIH n’est pas encore finie »

911

Une Conférence ternie par de nombreux dysfonctionnements

Lors de la journée de clôture de la 19ème Conférence internationale sur le sida et les IST en Afrique (ICASA), les activistes ont exprimé leur déception par rapport à la place et au traitement réservés aux communautés et aux personnes vivant avec le VIH (PvVIH). De nombreux dysfonctionnements ont en effet terni le déroulement de l’événement, censé permettre aux communautés concernées et affectées en premier lieu par l’épidémie de se réunir pour échanger et s’exprimer librement. Ainsi, des militants-es ont par exemple été exclus de la conférence suite à une manifestation pacifique.

Les communautés et les personnes vivant avec le VIH doivent rester au coeur de la riposte

Les activistes ont également saisi cette opportunité pour appeler les gouvernements, bailleurs et tous les acteurs de la riposte au VIH à maintenir les personnes vivant avec le VIH au centre de la riposte. Malgré le test & treat, de nombreuses vies continuent d’être perdues à cause de l’épidémie.

Enfin, les communautés et les militants-es ont demandé aux décideurs de passer des paroles aux actes, rappelant que la crise du VIH était loin de toucher à sa fin. Tous-tes joueront leur rôle d’observateurs et n’hésiteront pas à demander des comptes.

Télécharger la déclaration commune des activistes dans son intégralité [français]

Download the full Joint Statement [English]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here