Juncker en lead contre le sida : que feront Hollande & consorts ?

807

Télécharger le communiqué de presse…

La Commission européenne vient d’annoncer une augmentation de 27% de sa contribution financière au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Coalition PLUS, réseau international d’associations de lutte contre le sida, salue cet engagement pour l’éradication des pandémies les plus meurtrières dans le monde et appelle la France à en faire de même.

La Commission européenne précise qu’elle s’engage à verser, pour la période 2017-2019, 470 millions d’euros au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, soit une hausse de 100 millions d’euros de son engagement précédent.

A l’échelle internationale, le Fonds mondial est le principal financeur de programmes de traitement et de prévention pour les personnes vivant avec le VIH dans les pays pauvres. Depuis sa création en 2002, il a permis de sauver 17 millions de vies . Dans le second trimestre 2016, il réunira l’ensemble de ses pays donateurs afin qu’ils renouvellent leur contribution financière pour les trois prochaines années.

Et la France ?

Selon les déclarations du président Hollande, la France n’envisage pas d’augmenter sa contribution financière au Fonds mondial. Ce qui risque de lui faire perdre sa place historique de premier donateur européen au profit du Royaume-Uni.

Pourtant, selon l’ONU, mettre fin à l’épidémie du sida d’ici 2030 est possible si les financements mondiaux augmentent d’au moins 8 milliards par an. Cela doit permettre à toutes les personnes infectées de bénéficier d’un traitement . Aujourd’hui, les traitements non seulement gardent les malades en vie mais bloquent aussi la transmission du virus.

« La fin de l’épidémie est à portée de main. Mais elle ne se fera pas toute seule. Il est de la responsabilité de chacun d’augmenter ses efforts. Jean-Claude Juncker l’a fait : nous n’en attendons pas moins de François Hollande et des autres dirigeants européens », souligne Hakima Himmich, présidente de Coalition PLUS.

La France doit suivre l’exemple de la Commission européenne qui a compris qu’en investissant davantage aujourd’hui, l’épidémie coûtera moins demain.

Le sida continue de tuer 100 000 personnes et d’en infecter 150 000 par mois. L’ONU nous a prévenus : si les ressources financières n’augmentent pas, l’épidémie va de nouveau exploser. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !

Télécharger le communiqué de presse…

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.