Réaction de PLUS, Coalition Internationale Sida au départ de Michel KazatchkineRéaction de PLUS, Coalition Internationale Sida au départ de Michel Kazatchkine

1643

Ce soir mardi 24 janvier 2011, Coalition PLUS a appris par la presse le départ de Michel Kazatchkine, actuel Directeur Exécutif du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme. Le Fonds mondial apporte un traitement à près de 4 millions de malades du sida dans le monde en développement. Coalition PLUS regrette ce départ, et salue la contribution essentielle que le Professeur Kazatchkine a apporté à la lutte mondiale contre le sida durant presque 6 années à la tête du Fonds mondial.

Les ressources dont dispose le Fonds mondial pour venir à bout des trois pandémies les plus meurtrières représentent à peine 0,01% du produit intérieur brut des 7 pays les plus riches. Ces moyens restent cruellement insuffisants face à l’ampleur qu’ont prise les pandémies, et à l’engagement des dirigeants des pays riches à d’atteindre l’accès universel au traitement du sida d’ici 2010. Néanmoins, force est de reconnaître que, sous le leadership de Michel Katachkine les ressources du Fonds mondial ont doublé, grâce au plaidoyer infatigable qu’il a mené envers les gouvernements du monde, souvent en y associant les personnes touchées et la société civile.

Coalition PLUS regrette ce départ, et salue la contribution essentielle que le Professeur Kazatchkine a apporté à la lutte mondiale contre le sida durant presque 6 années à la tête du Fonds mondial.
Les ressources dont dispose le Fonds mondial pour venir à bout des trois pandémies les plus meurtrières représentent à peine 0,01% du produit intérieur brut des 7 pays les plus riches. Ces moyens restent cruellement insuffisants face à l’ampleur qu’ont prise les pandémies, et à l’engagement des dirigeants des pays riches à d’atteindre l’accès universel au traitement du sida d’ici 2010. Néanmoins, force est de reconnaître que, sous le leadership de Michel Katachkine les ressources du Fonds mondial ont doublé, grâce au plaidoyer infatigable qu’il a mené envers les gouvernements du monde, souvent en y associant les personnes touchées et la société civile.
Les allégations d’improbités autour de la campagne Born HIV Free menée par le Fonds mondial en 2010 ne sont pas la raison du départ de Michel Kazatchkine. Au contraire – le départ et les allégations sont tous deux la conséquence d’un troisième phénomène : une bataille feutrée, mais brutale, entre administrateurs du Fonds mondial, pour le contrôle de la lutte internationale contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Malheureusement, pour trop de journalistes, seuls les déboires des top-models et des politiciens ont d’importance, face à la lutte pour mettre fin à l’hécatombe que constitue la pandémie du sida.
Nous saluons le combat du Professeur Kazatchkine, à nos côtés, pour que ce soient les besoins des malades, et non pas la pingrerie des donateurs, qui déterminent les ambitions sanitaires et budgétaires du Fonds mondial. Les pressions sont énormes pour renverser cette hiérarchie. De même, nous avons pu compter sur son soutien pour dénoncer la dérive absurde voulant de faire du Fonds mondial un organisme de lutte contre la corruption, au point de dépenser davantage en dispositifs anti-corruption que ce que coûte la corruption.
La primauté des besoins des malades face aux autres considérations – budgétaires ou fiduciaires – est la condition sine qua non de l’efficacité sanitaire du Fonds mondial. Si ce principe devait être remis en question, comme plusieurs Etats puissants y poussent, c’est le Fonds mondial lui-même qui cesserait de présenter le moindre intérêt, en tant qu’outil multilatéral d’acheminement des ressources anti-sida des pays riches vers les pays pauvres.
Coalition PLUS, avec le reste des activistes anti-sida, va continuer à se battre contre cette dérive mortifère. Dans ce combat, nous aurons encore cruellement besoin du Professeur Kazatchkine.
L’association ALCS a aussi publié un communiqué de presse, pour le consulter, cliquez ici.

Les allégations d’improbités autour de la campagne Born HIV Free menée par le Fonds mondial en 2010 ne sont pas la raison du départ de Michel Kazatchkine. Au contraire – le départ et les allégations sont tous deux la conséquence d’un troisième phénomène : une bataille feutrée, mais brutale, entre administrateurs du Fonds mondial, pour le contrôle de la lutte internationale contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Malheureusement, pour trop de journalistes, seuls les déboires des top-models et des politiciens ont d’importance, face à la lutte pour mettre fin à l’hécatombe que constitue la pandémie du sida.

Nous saluons le combat du Professeur Kazatchkine, à nos côtés, pour que ce soient les besoins des malades, et non pas la pingrerie des donateurs, qui déterminent les ambitions sanitaires et budgétaires du Fonds mondial. Les pressions sont énormes pour renverser cette hiérarchie. De même, nous avons pu compter sur son soutien pour dénoncer la dérive absurde voulant de faire du Fonds mondial un organisme de lutte contre la corruption, au point de dépenser davantage en dispositifs anti-corruption que ce que coûte la corruption.

La primauté des besoins des malades face aux autres considérations – budgétaires ou fiduciaires – est la condition sine qua non de l’efficacité sanitaire du Fonds mondial. Si ce principe devait être remis en question, comme plusieurs Etats puissants y poussent, c’est le Fonds mondial lui-même qui cesserait de présenter le moindre intérêt, en tant qu’outil multilatéral d’acheminement des ressources anti-sida des pays riches vers les pays pauvres.

Coalition PLUS, avec le reste des activistes anti-sida, va continuer à se battre contre cette dérive mortifère. Dans ce combat, nous aurons encore cruellement besoin du Professeur Kazatchkine.

 

L’association ALCS a aussi publié un communiqué de presse, pour le consulter, cliquez ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.