MALI – ARCAD-SIDA présente son rapport d’analyse sur le partage du statut sérologique

830

PARTAGES est une recherche internationale initiée par Coalition PLUS et une chercheure de l’Université Lumière Lyon 2 (France). Elle a été menée dans cinq pays simultanément (Équateur, Maroc, Mali, République démocratique du Congo et Roumanie) et porte sur la question du partage du statut sérologique à l’entourage. En tout, 1 500 personnes vivant avec le VIH/sida à travers le monde ont répondu à un questionnaire commun pour nous permettre de mieux cerner leur quotidien face au partage de la séropositivité.

Plus de 30 ans après le début de l’épidémie, la difficulté d’évoquer sa séropositivité dans les différentes sphères de la vie quotidienne demeure réelle. Pourtant, la majorité des recherches sur le sujet ont été menées dans les pays du Nord et très peu de données sont disponibles pour les pays en développement. De plus, aucune analyse comparée n’a été menée sur base d’outils de recueil de données standardisés afin d’appréhender le phénomène de partage du statut dans sa globalité. L’étude PARTAGES modifie donc drastiquement cette donne.

C’est précisément dans le cadre de cette recherche inédite que l’Association de recherche, de communication et d’accompagnement à domicile des personnes vivant avec le VIH et le sida (ARCAD-SIDA), par ailleurs membre de Coalition PLUS, a présenté mercredi 8 janvier son rapport d’analyse comparée des facteurs associés au partage du statut sérologique chez les personnes vivant avec le VIH/sida au Mali, rapporte Maliactu.net.

Il s’agissait pour l’ONG d’investiguer les déterminants individuels, psychosociaux, environnementaux et contextuels liés au partage de la séropositivité. Au final, 300 personnes, dont 243 femmes et 57 hommes, ont pris part au volet malien de la recherche. La moyenne d’âge des participant-e-s était de 30 ans. Par ailleurs, les 2/3 des personnes interrogées vivaient en couple et 40 % d’entre elles entretenaient un régime polygamique. Enfin, 85% des répondant-e-s avaient des enfants (4,2 en moyenne).

« Cette analyse comparée est pertinente dans la mesure où elle permettra d’une part de mettre en évidence des facteurs spécifiques au contexte malien, et d’autre part de faire émerger les spécifiques notamment liées aux différents contextes culturels », a expliqué Dr Mamadou Cissé, référent scientifique du Mali sur PARTAGES, qui a ajouté que les résultats obtenus sont indispensables à la mise en place d’interventions ciblées visant concrètement à améliorer l’accompagnement des personnes vivant avec le VIH/sida.

Le responsable des ressources humaines d’ARCAD-SIDA, Yaya Sylla, a pour sa part souligné qu’il était important de pouvoir distinguer le partage de statut volontaire et involontaire; ce que permet justement cette recherche communautaire.

Pour tout savoir de la recherche PARTAGES (Équateur, Maroc, Mali, République démocratique du Congo et Roumanie) :

http://www.coalitionplus.org/wordpress/wp-content/uploads/2013/04/PARTAGES_brochure_FR.pdf

Illustration : ©Coalition PLUS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.