Maurice : contre le VIH/sida, PILS se mobilise aux côtés des femmes transgenres

365
Fabriyona Jean-Pierre, paire-éducatrice, PILS (Maurice)

Une communauté stigmatisée, particulièrement vulnérable au VIH. Dans un contexte d’épidémie concentrée, PILS, membre de Coalition PLUS à Maurice, met en place des actions spécifiques en direction de la communauté LGBT, et notamment des femmes transgenres.

Une enquête inédite sur les personnes transgenres

A Maurice, la situation des personnes transgenres restait jusqu’à aujourd’hui mal connue. Les enquêtes biologiques et comportementales intégrées (IBBS) amalgamaient les femmes transgenres et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), sans distinction. Ainsi, en 2012, 5% des HSH s’identifiaient en réalité en tant que femmes transgenres.

Pour pallier ce manque d’informations sur cette population et pouvoir mieux répondre à ses besoins spécifiques, PILS, membre de Coalition PLUS à Maurice, a conduit en 2017 une enquête biologique et comportementale intégrée sur les personnes transgenres (IBBS TG 2017). Menée avec le soutien financier du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et en étroite collaboration avec, entre autres, le Secrétariat national du sida, cette enquête inédite a mis en évidence la stigmatisation qui touche une grande partie de ces personnes et la forte prévalence du VIH au sein de cette population.

En effet, parmi les répondants-es, dont les deux tiers s’identifient comme femmes, 28% vivent avec le VIH. Bien que les personnes transgenres soient relativement éduquées et insérées dans la société, un tiers d’entre elles déclare des difficultés d’accès à l’emploi, des violences physiques et des tentatives de suicide.

Pour Fabriyona Jean-Pierre, paire-éducatrice transgenre chez PILS, les discriminations nourrissent l’épidémie. “La famille est souvent la première cellule à nous rejeter et c’est ensuite la société », explique-t-elle. « Ces discriminations nous rendent plus vulnérables aux risques d’infection au VIH et aux violences. Elles nous détournent du système de soins, des dépistages et nous isolent.”

Une équipe dédiée à l’information et à la prévention des personnes LGBT

Afin de répondre à ces enjeux, PILS a constitué à l’été 2018 une équipe dédiée à l’information et à la prévention auprès de la communauté LGBT, et notamment des femmes transgenres. La “Rainbow Team” va directement à la rencontre des publics pour fournir des informations adaptées, proposer des tests rapides de dépistage du VIH et de la syphilis et distribuer des préservatifs.  

Fabriyona Jean-Pierre a rejoint dès sa création cette équipe arc-en-ciel. Elle témoigne : “J’ai vu beaucoup de mes amies transgenres mourir par manque d’information sur le VIH. À travers mon travail, j’essaie de briser ce tabou, de les encourager à faire un test, à suivre un traitement et à parler du VIH sans aucun complexe. L’accompagnement médical et le soutien moral sont essentiels et j’y consacre une grande partie de mon temps”.

Le personnel médical peut en effet se montrer très discriminant envers les personnes transgenres, ce qui se traduit souvent par un refus de soin et un rejet du traitement. C’est pourquoi Fabriyona milite aujourd’hui pour que les identités transgenres soient reconnues et respectées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.