Nouvelle campagne de Coalition PLUS : « Un million de morts, zéro plan »

432

Communiqué de presse – Paris, 28 novembre 2019

Download press release in English

Depuis 2016, les États du monde entier se sont engagés à réduire de moitié le nombre de décès liés au sida d’ici à 2020. Or, à un an de l’échéance, nous en sommes… très très loin. A l’occasion de la Conférence africaine sur le sida et les IST à Kigali, Coalition PLUS, réseau international d’associations de lutte contre le sida et les hépatites virales, appelle à la mise en oeuvre d’un plan spécifique pour que le chiffre d’un million de morts par an soit définitivement de l’histoire ancienne.

De 2017 à 2018, le nombre de décès causés par le VIH/sida a été réduit seulement de 30 000. A ce rythme, l’objectif de 2020 de passer sous la barre des 500 000 décès par an ne sera atteint qu’en 2028 ! C’est pourquoi nous lançons notre campagne « un million de morts, zéro plan » à la Conférence africaine sur le sida et les IST (ICASA) qui se tient du 2 au 7 décembre dans la capitale du Rwanda.

Appliquons la stratégie mondiale !

Aujourd’hui, la stratégie de l’Organisation mondiale de la Santé qui prévaut pour éradiquer l’épidémie de VIH se base sur le traitement précoce des personnes infectées afin de les garder en bonne santé et de réduire le risque de transmission en ayant une charge virale indétectable. Mais le nombre effroyable de morts démontre que cette stratégie n’est pas suffisamment appliquée : une large partie des personnes séropositives arrivent aux soins, malgré tout, à un stade avancé de l’infection et ne bénéficient pas des ressources thérapeutiques nécessaires pour rester en vie parce qu’elles ne sont tout simplement pas disponibles dans leur pays.

A titre d’exemple, 181 000 personnes séropositives décèdent de la méningite à cryptocoques alors même que des traitements efficaces existent pour soigner cette maladie qui s’attaque au système nerveux. Mais les tests de diagnostic et le traitement ne sont pas disponibles dans les contextes où la charge de morbidité est la plus élevée. La tuberculose continue aussi à faire des ravages. Elle reste la cause de mortalité la plus fréquente chez les personnes vivant avec le VIH. Or, 60 % des personnes co-infectées au VIH et à la tuberculose ne sont ni diagnostiquées ni traitées.

« Faute d’infrastructures de santé suffisantes, faute de disponibilité de médicaments dans les centres de santé primaire, faute d’accès au dépistage, on estime que 6 500 personnes sont mortes du sida dans mon pays en 2018, dont deux tiers de femmes et d’enfants. Une triste réalité, bien loin de notre espoir d’un monde enfin débarrassé de cette épidémie », constate avec colère Bintou Dembélé, Directrice d’ARCAD-SIDA au Mali et Administratrice de Coalition PLUS.

Soignons les infections opportunistes en appliquant les recommandations de l’OMS

Nous exigeons la mise en place d’un plan spécifique permettant de mieux soigner les infections opportunistes qui frappent les personnes à un stade avancé du VIH :

  • Renforcer le dépistage précoce, la rétention dans le soin et la bonne observance du traitement ;
  • Rendre accessible tous les médicaments recommandés dans le cadre du paquet de soins définis par l’OMS pour le traitement du stade avancé du VIH ;
  • Mieux former le personnel de santé au traitement du stade avancé du VIH ;
  • Équiper les établissements de santé d’un meilleur système de veille sur le développement de l’épidémie et de notification des décès liés au VIH ;
  • Réduire la stigmatisation et les discriminations qui rendent l’accès aux soins extrêmement difficile pour les populations les plus vulnérables à l’épidémie ;
  • Augmenter les financements nationaux consacrés à la lutte contre le VIH/sida.

« N’oublions pas nos morts ! Les médicaments pour traiter les infections opportunistes existent et sont efficaces mais ils ne sont pas disponibles. Ce paradoxe morbide, nous ne pouvons plus l’accepter. Nous appelons l’ONUSIDA, PEPFAR, le Fonds mondial et tous les gouvernements concernés à prendre ce problème à bras le corps ! », interpelle Pr. Hakima Himmich, Présidente de Coalition PLUS.

Contact et documentation

Camille Sarret – csarret [à] coalitionplus.org

A télécharger

Downloads

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.