Objectifs et enjeux

2325

Face à la mobilisation humaine et financière croissante qu’exige la lutte contre le VIH/sida et aux difficultés existantes quant à la mise en œuvre des programmes organisés (notamment acheminement des fonds, qualité des soins, efficacité des programmes de prévention, etc.), les associations de lutte contre le sida, AIDES en France, ALCS (Association de Lutte Contre le SIDA) au Maroc, ARCAD SIDA (Association de Recherche, de Communication et d’Accompagnement à Domicile des personnes vivant avec le VIH/sida) au Mali et la COCQ-Sida (Coalition des Organismes Communautaires Québécois de Lutte contre le SIDA) au Québec, ont exprimé leur volonté de dépasser les partenariats qu’elles ont mis en œuvre au niveau international pour bâtir ensemble une structure promotrice de la démarche communautaire telle que définie dans la Charte de la Coalition Internationale Sida (CIS).

L’Union dite « Coalition Internationale Sida (CIS) » fonde son action sur la mise en place des moyens et outils nécessaires à la lutte contre le VIH/sida et les co-infections sur un mode communautaire. Elle vise à assurer à ses adhérents les moyens humains, matériels et financiers nécessaires à la mise en place de leurs actions.

Replacer les malades au cœur des dispositifs d’aide et de prévention

Les malades sont les premiers acteurs de leur mieux-être. Par conséquent, ils doivent être impliqués dans tout dispositif thérapeutique ou de prévention. Mettre les malades au cœur des dispositifs, c’est pouvoir compter sur leur responsabilisation accrue. D’où un effet démultiplicateur des actions engagées.
Car des malades impliqués sont les premiers vecteurs de la lutte contre le sida. Il ne sert à rien d’imposer des modèles « d’en haut ». En revanche, faire comprendre à chacun les enjeux de la protection des rapports sexuels, ou celle du bon suivi d’un traitement ARV, sont les illustrations d’une démarche participative bien plus efficace.

Peser auprès des grands financeurs internationaux pour faire évoluer les programmes

La voix des malades n’est pas assez entendue dans les grandes décisions internationales, ce qui s’oppose souvent à l’efficacité même des programmes d’aide. Nous devons faire évoluer les programmes d’aide de fourniture en médicaments vers une démarche plus globale d’accompagnement des malades et de leur bien-être, ce qui renforcera mécaniquement les politiques de prévention.
Ainsi, il faut exercer un plaidoyer actif à l’international reposant sur la voix des malades, sur la mise en avant de revendications, et sur leur présence accrue là où se prennent les décisions. L’idée est donc, avec des associations communautaires ayant la même philosophie, de se faire entendre non plus auprès de pouvoirs publics de leurs pays mais auprès des instances internationales, qu’il s’agisse de l’OMS, d’ONUSIDA, des fondations finançant des traitements, et être une force de proposition.

Développer les associations membres en les soutenant et leur donnant plus de moyens

Offrir une capacité d’action aux associations membres de PLUS en finançant des projets de terrain, qui n’entrent pas dans le cadre de subventions ou de financement internationaux, c’est renforcer leur indépendance d’action.

Mutualiser nos expertises pour mener des projets de recherche communautaire

Chaque association membre a beaucoup à apprendre et à apporter aux autres. L’approche collaborative est développée par la mise en commun des études et des pratiques afin de mieux lutter contre le sida en partageant les connaissances et les expériences.
Eclairer certaines décisions d’une vision pertinente et objective de la situation grâce à des travaux de recherche, à des investissements réguliers dans des audits et des études sociologiques sur le sida effectués dans les pays de PLUS, renforce aussi notre action globale.

Notre enjeu est vital : dire stop à la progression du sida !

Nous devons réussir à faire reculer le sida au niveau planétaire. C’est-à-dire tout mettre en place pour réduire simultanément et annuellement, au Nord et au Sud le nombre de contaminations et le nombre de nouveaux décès.

SHARE
Previous articleValeurs
Next articleHistoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here