Rapport ONUSIDA – La lutte contre le sida en danger, les dirigeants doivent se ressaisir

2550
De gauche à droite : Yves Yomb, AGCS ; Nicole Tsague, AIDES ; Michel Sidibé, ONUSIDA ; Stéphanie Seydoux, Ambassadrice de France pour la Santé mondiale ; Aurélien Beaucamp, AIDES ; Revanta Dharmarajah, International HIV/AIDS Alliance.

Communiqué de presse Coalition PLUS et AIDES

Alors que l’ONUSIDA alerte sur le décrochage de la riposte mondiale contre le sida, 250 organisations du monde entier, dont le réseau international Coalition PLUS et son membre français AIDES, s’unissent pour demander aux Etats de respecter leurs engagements financiers. Les pays riches, en particulier, devront octroyer entre 14,5 et 18 milliards de dollars au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour la période 2020-2022.

PARIS – 18 Juillet 10h – Dans son nouveau rapport rendu public aujourd’hui, l’ONUSIDA alerte sur l’insuffisance des efforts déployés en 2017 : les objectifs adoptés à l’ONU de mettre l’épidémie sous contrôle d’ici à 2020 et d’en finir d’ici à 2030 ne pourront pas être atteints, à moins d’une forte accélération dès cette année. En cause : le manque de moyens financiers pour venir à bout de l’épidémie ! Une remobilisation des Etats les plus riches de la planète est indispensable.

 

Entre 14,5 et 18 milliards de dollars pour le Fonds mondial pour 2020-2022

C’est à l’occasion de la 6e Conférence de Reconstitution du Fonds mondiale de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme qui se tiendra en 2019 en France que les Etats les plus riches pourront démontrer leur volonté de venir à bout du sida. Il sera alors nécessaire de lever entre 14,5 et 18 milliards de dollars selon le rapport de GFAN, alliance internationale de 250 organisations de lutte contre les grandes pandémies.

« Les partenaires techniques ont estimé que le montant total des ressources financières nécessaires pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme s’élève à 46 milliards de dollars annuels, dont GFAN estime que 14,55 à 18 milliards de dollars devraient être investis via le Fonds mondial sur la période 2020-2022 », précise le rapport de GFAN.

Le Fonds mondial, qui mutualise les contributions financières des Etats les plus riches, permet aujourd’hui de financer la moitié des traitements anti-rétroviraux disponibles dans le monde. Depuis sa création par le G7 au début des années 2000, le Fonds mondial a sauvé 22 millions de vies.

 

Président Macron, « premier de cordée »

En mai dernier, le Président Emmanuel Macron a annoncé qu’il accueillerait la 6e conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial en France en 2019. Lors de cette conférence, les partenaires de la France devront annoncer leurs contributions, pour financer les programmes nationaux de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme dans les pays en développement sur la période 2020-2022. La France est un pays pionnier de la lutte mondiale contre le sida depuis la découverte du virus du sida par une équipe de chercheurs français dans les années 1980.

« Nous demandons au Président Emmanuel Macron de jouer pleinement le rôle de premier de cordée en mobilisant dès maintenant ses homologues internationaux pour obtenir des contributions à hauteur de14,5 à 18 milliards de dollards. Ces investissements supplémentaires seront indispensables pour éviter une reprise de l’épidémie au niveau mondial dans les prochaines années », alerte Aurélien Beaucamp, Président de AIDES, association membre de Coalition PLUS en France.

« L’ONUSIDA a confirmé que les objectifs de contrôle épidémiologique fixés pour 2020 vont être ratés, à défaut d’une forte accélération en 2018-2020. Sans un regain de solidarité des Etats les plus riches de la planète pour augmenter les ressources financières du Fonds mondial, le sida risque de rebondir plus fort que jamais », ajoute Hakima Himmich, présidente de Coalition PLUS et fondatrice de l’Association de lutte contre le sida au Maroc.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.