« Taxe Robin » sur les transactions financières : Les déclarations, c’est bien. L’action, c’est mieux !

656

Les recherches scientifiques ont en effet démontré qu’offrir partout un égal accès aux traitements antirétroviraux permettrait d’enrayer définitivement l’épidémie. Economiquement, c’est donc une très mauvaise stratégie à long terme que de sous-financer la lutte contre le sida.

Pourtant comme l’a déclaré le Président à l’ONU, d’autres sources de financement existent. AIDES et Coalition PLUS se félicitent de l’appel onusien de Nicolas Sarkozy pour la mise en place d’une micro taxe sur les transactions financières (TTF), ou « Taxe Robin ». Nous la réclamons depuis longtemps. Mais nul besoin d’attendre une hypothétique entente mondiale avant de commencer à agir : une TTF unilatérale en France est possible, dès aujourd’hui ! Deux ans après la crise financière mondiale, nos banques ne se sont jamais aussi bien portées. Pour preuve, les bénéfices record fièrement affichés et le milliard d’euros de bonus versé par les banques françaises à leurs traders cette année. La Grande-Bretagne a déjà mis en place, sous Margaret Thatcher, une TTF unilatérale touchant les actions d’entreprises britanniques, qui permet de lever près de 5 milliards d’euros par an (voir la description de la taxe sur le site du Trésor britannique). Une telle somme permettrait de doubler sans mal la contribution de la France au Fonds mondial. Et sans affecter d’aucune manière les finances publiques.

Hier, le Président de la République appelait ses homologues chefs d’état à faire preuve de courage politique et de cohérence, en rejoignant le groupe pilote de pays soutenant la TTF.  Nous invitons Nicolas Sarkozy à suivre son propre appel, en montrant l’exemple et en instaurant sans plus tarder une version française de la TTF britannique. Plus que tous les discours, cet acte constituerait le moyen le plus efficace et le plus honnête pour amener les autres pays à rejoindre la France dans le camp des « Robin des Bois ».

Dans la droite lignée de Jacques Chirac et sa micro-taxe sur les billets d’avion, qui finance aujourd’hui l’excellent UNITAID, Nicolas Sarkozy a l’occasion de prendre ici un leadership politique incontestable sur les questions de développement et de santé mondiale. L’occasion surtout de sauver et de changer des centaines de millions de vies. M. le Président, ne laissez pas passer cette chance.

La santé financière des spéculateurs peut et doit profiter à la santé mondiale !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.