ARAS : ultime espoir des injecteurs de drogues et travailleuses du sexe en Roumanie

1963

| Texte traduit et adapté librement de l’anglais : http://drogriporter.hu/en/node/2306 (Auteur : Péter Sarosi / Traduction anglaise : iGury) |

Bucarest, Gare du Nord, 23 heures. Nous sommes arrivés ici par le bus médicalisé de l’association ARAS, première organisation non-gouvernementale roumaine de lutte contre le VIH/sida, pour réaliser un reportage sur les consommateurs de drogues et les jeunes travailleuses du sexe exerçant dans les faubourgs de la capitale.

La plupart de ceux que nous allons rencontrer sur ce premier point d’action vivent dans les égouts, où ils ne sont pas gênés par la police et où la température est plus supportable en hiver. Alors que notre minibus – autrefois ambulance – s’immobilise, une nuée de personnes émergent de l’obscurité, certains rampant littéralement hors des trous où ils tentent de survivre. La police a bien cherché à les en dissuader, en scellant de béton leurs refuges souterrains, mais ces sans-abris ont creusé une nouvelle fois le sol, afin d’atteindre les entrailles de la terre, transpercées de canalisations d’eau chaude datant de l’ère communiste. On a peine à imaginer à quoi peut bien ressembler la vie là-dessous.

« Je sniffe de la colle, je n’ai rien d’autre », dit le jeune homme, les yeux rougis et le regard flou, se ventilant régulièrement dans un sac en plastique. « Je vis dans ces rues depuis sept ans et je dois me battre chaque jour pour survivre. » ARAS est l’une des rares organisations roumaines s’efforçant d’aider ces parias des rues, mis au ban de la société. Beaucoup de leurs clients, souvent adolescents, sont tellement usés par la vie qu’ils ressemblent à des vieillards. Rejetés par leur famille, fuyant parfois des parents alcooliques, violents ou abusifs, ils consomment dès qu’ils le peuvent des drogues de synthèse aux contenus hautement toxiques, restant quelques fois éveillés durant des jours sans jamais s’alimenter ni trouver le sommeil. Et quand ils ne peuvent pas se le permettre, ils sniffent de la colle pour combattre le manque. Les produits de synthèse qu’ils s’injectent – bon marché, licites et donc vendus en plein jour sous forme d’engrais ou de poudres à lessive – ont commencé à inonder le marché roumain en 2009, exportés par la Chine et l’Inde. Provoquant des effets euphorisants proches de ceux procurés par la consommation de cocaïne, ils causent des crises de panique et de paranoïa chez celles et ceux qui en abusent.

Contrairement à l’héroïne, qui s’injecte en moyenne 3 ou 4 fois par jour en intraveineuse, ces stimulants doivent être utilisés jusqu’à 15 fois quotidiennement pour produire leurs effets. Le partage de seringues et d’aiguilles est par conséquent beaucoup plus fréquent. Pourtant, crise économique oblige, le soutien financier de l’Etat roumain à ce programme d’échange de seringues hypodermiques stériles a diminué et les consommateurs en reçoivent désormais beaucoup moins à chaque passage des intervenants d’ARAS. Les conséquences dramatiques de cette baisse des subventions ne se sont d’ailleurs pas faites attendre : alors que seules quelques infections par le VIH ont été enregistrées parmi les usagers de drogues avant 2009, ce nombre a augmenté à des milliers ces dernières années. Une épidémie est en marche et le nombre de clients d’ARAS s’adonnant au travail du sexe pour financer leur consommation allant grandissant, celle-ci ne se limitera évidemment pas aux seuls consommateurs de drogues.

« Ils vont tous vous demander de l’argent ou des cigarettes, mais ne leur donnez rien ! » avertit Dan, le travailleur social dirigeant l’équipe de rue d’ARAS. « Si vous donnez quelque chose à l’un, les autres demanderont également, et si vous refusez, ils auront le sentiment que vous les discriminez. » Les clients se rassemblent autour de l’ambulance et regardent du coin de l’œil notre appareil photo avec méfiance, jusqu’à ce que Dan leur explique que nous ne les photographierons pas sans leur accord. La plupart d’entre eux ont seulement entre 15 et 30 ans, bien qu’il soit difficile à le croire, après quelques années passées dans la rue. Ainsi, cet homme sniffant dans un sac en plastique qui paraît avoir une trentaine d’années, alors qu’il n’en a que 17. Les travailleurs sociaux leur parlent et prennent leurs coordonnées. Beaucoup viennent seulement pour les seringues, mais les filles demandent également des préservatifs. L’un des clients nous montre sa main : elle a doublé de volume. Il doit avoir raté la veine en s’injectant de la drogue et la septicémie menace désormais.

« Vous ne vous sentez pas mal de distribuer des seringues à des adolescents ? » demande-t-on à Dan. « Bien sûr, je me sens mal. Mais pensez-vous vraiment qu’ils cesseront de s’injecter des drogues, si je ne leur en donne pas ? » rétorque-t-il. « Il est évident qu’ils continueront, mais en utilisant des aiguilles usagées et en s’infectant par le VIH où l’hépatite C, puis en infectant d’autres personnes. » Pendant que nous parlons, les clients attendent leur tour fébrilement. Leurs gestes trahissent l’impatience, l’anxiété et la faim. « Ils peuvent prendre jusqu’à 50 aiguilles et une douzaine de préservatifs par semaine », explique Dan. « Nous imposons une quantité limite, car nous n’avons pas assez d’argent. Mais en temps normal, un gros usager de drogues utilise plus d’aiguilles et une travailleuse du sexe plus de préservatifs. »

Trois clients ont demandé à effectuer un test du VIH ce soir-là et des intervenants d’ARAS les prennent un-à-un en charge, à l’intérieur du bus, les portes fermées, pendant quinze minutes. Ce service leur sera fourni gratuitement, de façon confidentielle et dans le strict respect de leur anonymat. L’équipe passera plus de temps avec eux qu’avec les personnes venues chercher des seringues et des préservatifs, car ils leur donneront des conseils, répondront à leurs questions et prendront le temps de leur communiquer le résultat du test, qu’il soit positif ou négatif. La méthode de dépistage utilisée est un test salivaire, qui offre une fiabilité élevée dans le diagnostic de séropositivité. Plus tard, nous apprendrons que deux des trois tests effectués se sont révélés positifs.

On estime que la moitié des clients d’ARAS sont porteurs du VIH. Or, si ces personnes ne parviennent pas à accéder au réseau de santé, à recevoir les traitements nécessaires à temps ou à les prendre régulièrement, leurs jours sont comptés : leur système immunitaire deviendra très rapidement inopérant et ils mourront. La Roumanie compte par ailleurs le plus grand nombre de cas de tuberculose en Europe et il est prouvé que la co-infection de la tuberculose et du VIH crée un cocktail particulièrement complexe à traiter, voire incurable et mortel.

Nous continuons notre voyage à travers la nuit et atteignons notre seconde étape. Il est minuit. « Ce quartier est très dangereux, donc ne sortez pas du bus et n’utilisez votre appareil photo sous aucun prétexte », explique Adrian, l’un des travailleurs sociaux de l’équipe d’ARAS. « Les proxénètes n’aiment pas que nous photographions les filles. » Nous ferons comme il dit. A peine le bus s’est-il arrêté, que les filles en question l’entourent. La plupart d’entre elles sont rom. Très jeunes, elle portent des vêtements aguicheurs sous d’épais manteaux, faute de quoi elles ne pourraient pas supporter le froid ambiant, à faire les cents pas sur le trottoir, durant des heures. Après s’être identifiées auprès des intervenants d’ARAS, elles essayent d’obtenir le plus grand nombre possible de préservatifs. Mais quelques minutes seulement se sont écoulées, lorsque l’une d’elles s’écrie: « Garda ! Garda ! ». Au moment où la voiture de police atteint notre hauteur, les filles ont toutes disparu et la rue est vide.

« Dites-moi, comment diable sommes-nous censés effectuer correctement notre travail de prévention dans ces conditions ? », nous demande l’un des travailleurs sociaux d’un ton amer. Il semblerait en effet que si la police travaille pour le même Etat que les intervenants d’ARAS, elle ne poursuit pas les mêmes objectifs qu’eux et les entrave même délibérément dans leurs actions. « Il y a trois types de police : la police municipale, la police du district et la gendarmerie nationale. Mais toutes trois se laissent corrompre par les filles et les proxénètes. », nous explique-t-on. Et les policiers ne sont pas le seul problème. En effet, le bus médicalisé d’ARAS est financé par des fonds structurels de l’Union Européenne, mais le projet arrive à son terme en juin prochain et faute de trouver de nouvelles ressources financières avant cette date buttoir, le véhicule – dernier pont entre la société et des milliers d’exclus vivant dans la rue dans des conditions inhumaines – restera au garage. ARAS a certes obtenu de nombreuses promesses du gouvernement, qui affirme vouloir soutenir ce projet vital, mais pas d’argent. Pas encore…

Crédits photographiques : ©GáborTakácsIstván

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.