CANADA – Vivre avec le VIH & Témoigner : Ken participe à la campagne « Je suis séropositif » de la COCQ-SIDA

769

Source : talktothehump.blogspot.ca – Ken Monteith (Directeur de la COCQ-SIDA, membre québécois de Coalition PLUS / www.cocqsida.com) – 16 mars 2014

« Je suis [toujours] séropositif! »

Vous vous souvenez peut-être de la campagne « Je suis séropositif » de la Coalition des organismes communautaires de lutte contre le sida [ndlr : www.jesuisseropo.org]. La première édition de cette campagne a été lancée fin novembre 2012 avec cinq porte-paroles courageux. Cette communauté d’affirmation est en plein croissance, avec de nouveaux participants prêts à se tenir debout et dire au monde « Je suis ici, je suis séropositif et je suis une personne à part entière, avec des plans, des rêves et des expériences à partager avec vous. »

La deuxième édition de la campagne est sortie cette année, avec deux nouvelles vidéos en novembre et trois autres vidéos en février. Je suis heureux de vous dire que je figure dans le groupe de cette année, donc j’ai pensé vous montrer la campagne à nouveau et vous raconter mes raisons de participer.

Le principe est simple : les gens sont beaucoup moins aptes à craindre ou à ignorer d’autres personnes quand ils les perçoivent comme des vraies personnes. Communiquer son humanité dans une courte vidéo d’environ deux minutes est tout un défi, mais c’est au moins un début, quelques pas sur le chemin vers la familiarité.

Au cours de la première année, il y avait beaucoup d’incertitudes : quelles réactions pouvions-nous attendre du public ? Les porte-paroles, feraient-ils face à des situations négatives ? Des questions trop personnelles ? En effet, toutes les inquiétudes qui arrivent quand on pense à divulguer son statut sérologique à une nouvelle personne. Et tout comme le déroulement de ce processus individuel, le processus virtuel de divulgation via la campagne a mené à la compassion, l’encouragement et le respect.

Donc, pourquoi ma participation ? J’ai créé ce blogue [ndlr : talktothehump.blogspot.ca] à la fin de 2006 parce que je tiens à l’approche de la campagne actuelle. Il serait impossible pour quelqu’un qui me connaît de me craindre ou de me haïr (évidemment je suis convaincu de mon amabilité!). Nous avons tous témoigné la réussite de cette approche avec les communautés LGBT — quand les membres de cette communauté sortent du placard en nombre, il devient plus difficile de les traiter de moindre. Oui, il reste des progrès à réaliser pour cette communauté aussi, mais l’élément incontournable est la familiarité.

C’est une chance que la campagne ne dépend pas de la surprise, parce que je suis depuis pas mal de temps relativement ouvert avec mon statut de séropositivité. Cependant, je me trouve assez régulièrement dans des situations où je divulgue pour une première fois à quelqu’un, avec tout ce que ça continue à entraîner.

Il y a quelques années, j’ai fait une entrevue télévisée au cours de ma participation à Ça Marche (notre marche annuelle de lutte contre le VIH/sida au Québec). Un couple de jours plus tard, ma voisine qui a emménagé à notre adresse quelques jours avant moi il y a vingt ans m’a dit qu’elle a vu l’entrevue et nous avons discuté de ma santé devant l’escalier en avant. Sa santé aussi. Tout le monde aime parler de ses réalités et trouver les parallèles dans les vies des autres.

Bien que ma séropositivité a une certaine notoriété — on peut le lire sur l’en-tête de ce blogue! — je voulais prendre ce pas additionnel en solidarité avec ceux et celles qui sont allés devant moi et avec tout le monde qui pourrait bénéficier d’un peu plus de familiarité du grand public en lien avec le VIH. Est-ce que j’ai réussi ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.