Unitaid établit un partenariat avec la Fondation suisse FIND pour améliorer les diagnostics et l’accès au traitement de l’hépatite C

1519

La semaine dernière, Unitaid a inauguré, lors d’une conférence de presse[1], le commencement d’un partenariat sur le diagnostic et le traitement de l’hépatite C, avec la Fondation FIND (Fondation pour l’innovation en matière de nouveaux diagnostics) basée en Suisse. Une bonne nouvelle pour les personnes atteintes du VHC, le corps médical et la société civile travaillant sur l’hépatite C. Car aujourd’hui, on estime que seuls 5% des personnes infectées sont diagnostiquées et peuvent parfois accéder à un traitement.

En mai 2016, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté la première résolution visant à « améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement de l’hépatite virale[2] » avec des objectifs très ambitieux de réduction du nombre de nouveaux cas, de réduction du nombre de décès, d’augmentation des diagnostics des infections et d’accès à un traitement d’ici à 2030.

Le projet d’Unitaid et FIND, dont le montant s’élève à 38 millions de dollars pour une période de trois ans, a pour objectif notamment la mise sur le marché des nouveaux produits pour le diagnostic de l’hépatite C et la réduction des coûts du dépistage. Il sera effectif dans 7 pays (Cameroun, Géorgie, Inde, Malaisie, Myanmar, Thaïlande et Vietnam) dont certains sont communs avec le territoire d’action de Coalition PLUS dans le cadre de son partenariat avec Unitaid, intitulé « HIV/HCV Drug affordability project » pour l’accès au diagnostic et au traitement pour l’hépatite C.

Le projet de Coalition PLUS, qui a débuté en 2015, encourage la création d’un marché compétitif des médicaments génériques dans des pays à revenu intermédiaire, pour la plupart non inclus dans les licences volontaires relatives aux traitements. Pour ce faire, Coalition PLUS a établi des partenariats avec des associations de lutte contre l’hépatite C en Colombie, en Indonésie, en Malaisie, au Maroc, en Thaïlande. D’autres pays intégreront le champ d’action du projet au cours des prochains mois.

La mission des partenaires est double : elles informent le grand public et leur gouvernement sur la disponibilité de nouveaux traitements révolutionnaires et elles demandent l’importation ou la commercialisation de médicaments génériques à prix abordables pour traiter le VHC à l’échelle nationale, mais aussi internationale.

L’exemple du Maroc :

Au Maroc, 268 000 personnes vivent avec le VHC. On estime la prévalence à 1,2% et le nombre de nouvelles infections est de 9000 chaque année. Pourtant, depuis environ trois ans, seuls 1500 patients sont officiellement traités de l’infection.

Coalition PLUS, en partenariat avec les organisations marocaines (ALCS, association de lutte contre le sida et ITPC Mena, International Treatment Preparedness Coalition) mènent campagne pour demander l’accès universel au traitement pour les patients vivant avec l’hépatite C. Le combat s’oriente vers le plaidoyer auprès du gouvernement pour assurer un budget suffisant pour lutter contre l’hépatite C au niveau national et pour enlever les barrières qui restreignent la couverture et l’accès au traitement des populations concernées.

Les organisations de la société civile demandent également à ce que le ministère marocain de la Santé mette en place le dépistage parmi les populations à risque. Ceci signifie également s’assurer du stock de réactifs dans les laboratoires publics, la formation des praticiens pour identifier les patients infectés par le VHC et un travail de plaidoyer pour réduire les coûts de diagnostic et de traitement qui restent encore relativement élevés.

A titre d’exemple, un diagnostic sérologique coûte 25 dollars, un fibrotest coûte entre 100 et 150 dollars. Quant aux traitements, la combinaison sofosbuvir/daclatasvir coûte 1350 dollars pour 3 mois de traitement.

Le Sofosbuvir et le daclatasvir sont deux traitements disponibles au Maroc depuis respectivement décembre 2015 et avril 2016. Ces deux génériques, pour lesquels il n’existe aucune licence ni aucun brevet sur le territoire, sont produits par la plus grosse compagnie de production de génériques au Maroc, Pharma5. Le Sofosbuvir est la molécule qui appartient au laboratoire américain Gilead, sous le nom de Sovaldi. Dans les pays riches, le traitement peut s’élever à 65 000 dollars comme c’est le cas aux Etats-Unis. Dans certains pays à revenu intermédiaire, le traitement, peut également atteindre des sommes colossales (près de 40 000 dollars en Colombie).

Coalition PLUS, l’ALCS et ITPC Mena travaillent donc ensemble sur des champs d’activités d’information et de plaidoyer destinées à améliorer les conditions de diagnostic et d’accès aux traitements pour atteindre toutes les personnes infectées par le VHC ou à risque. Tout comme le nouveau partenariat entre Unitaid et FIND, le projet porté par Coalition PLUS permettra, à moyen ou long terme, de soigner les personnes atteintes d’hépatite à travers l’importation et la commercialisation de génériques efficace et à moindre coût.

[1] Communiqué d’Unitaid et FIND, 4 octobre 2016 : http://unitaid.org/fr/communiques-de-presse/1609-partenariat-entre-unitaid-et-find-pour-ameliorer-les-produits-de-diagnostic-et-de-traitement-de-l-hepatite-c

[2] Communiqué de l’OMS, 22 mai 2016 : http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2014/WHA-20140522/fr/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.